Je suis photographe*, dois-je fournir mes créations avec un copyright gravé sur l’image ?

* Photographe… ou illustrateur…

Eh bien non, graver un copyright directement sur vos images en vue d’une publication n’est pas une bonne idée, pour de multiples raisons !



Retour haut de page

De nombreux problèmes techniques

1) Tout d’abord un texte gravé dans une image sera réduit avec elle et si elle doit être imprimée en petite taille, il deviendra rapidement illisible.

2) De plus ce texte « gravé » est en bitmap, ce qui constitue déjà en soi une dégradation de la typographie qui doit toujours idéalement être traitée en vectoriel. Si en outre au cours du traitement prépresse l’image subit une interpolation, le dessin des lettres en sera d’autant plus altéré.

3) Si la photo doit être imprimée « pleine page » ou collée en bordure de page, elle doit déborder du format de page dans la maquette afin de tenir compte d’une marge d’imprécision technique de découpe et éviter tout risque de liseré blanc disgracieux. C’est ce qu’on appelle le « fond perdu » – de 2 à 5 mm généralement.
Or, ce copyright gravé sur l’image est souvent placé près d’une bordure, en bas à gauche ou à droite, sans tenir compte de l’éventuel fond perdu qui va nécessairement le rapprocher de la bordure de la page. Un texte trop proche d’un bord de page est non seulement disgracieux mais il risque aussi fortement d’être tronqué au moment de la coupe au massicot.

4) Si le copyright se retrouve prés de la reliure, il risque alors de disparaître dans le creux qui se forme à cet endroit dans les ouvrages et les imprimés relativement épais (selon le nombre de pages ou l’épaisseur du papier).

5) Encore : Avez-vous entendu parler du maculage ? C’est un phénomène d’imprimerie. Dans certaines conditions, en cas d’encrage important (image sombre, chargée en couleurs) et à plus forte raison sur un papier non couché, l’encre va plus ou moins s’étaler à la surface ; suffisamment parfois pour déborder de façon importante sur un filet clair, le couvrir partiellement ou en totalité.
Voilà que justement vous aviez choisi une police light très élégante, superbe à l’écran en blanc sur le fond noir de votre photo. Après impression, le texte est en partie couvert par l’encre, noyé, presque illisible…
Une gestion prépresse bien menée limitera ou évitera ce souci.

6) Le graphiste en charge de votre image pourra décider de la retoucher pour faire disparaître votre signature afin d’éviter ces problèmes techniques – c’est donc une surcharge de travail. Mais vous pourriez contester la retouche et il pourra donc aussi décider de ne rien faire (et tant pis pour le résultat final).

Des problèmes de typographie, d’esthétique, de présentation…

La police que vous avez choisie a peu de chances de correspondre aux polices de la publication ou même de s’accorder avec elles. C’est rendre un mauvais service à votre œuvre autant qu’à l’ouvrage imprimé que d’imposer une esthétique dissonante.
Non seulement la police mais aussi sa taille, sa couleur, sa graisse, son approche… toute la stylisation doit être maîtrisée en fonction de la maquette globale – les copyrights de toutes les œuvres de la même publication doivent suivre la même présentation. La qualité de l’ouvrage, l’appréciation et le confort du lecteur en dépendent.

La formulation elle-même de cette mention se doit être uniformisée pour l’ensemble de la publication :

  • Photo © [Nom_du_photographe]-[date]
  • photographie © [Nom_du_photographe]
  • [Nom_du_photographe] © [date]
  • © [Nom_du_photographe] – [date]
  • Crédit photo : [Nom_du_photographe]
  • etc.

Une seule présentation pour toute la publication ! Il est assez gênant de rencontrer des formes différentes sur les éléments de lecture de même nature en parcourant une publication. Elles laissent une impression de négligence, de finition bâclée…
Seul le maquettiste en charge de traiter ces textes peut assurer la cohérence de la présentation.

En résumé, le travail de typographie et de mise en page doit être laissé au professionnel concerné : graphiste, maquettiste, typographe !

Protéger son œuvre

Si votre souci est d’empêcher que votre travail soit abusivement exploité, sachez que la loi sur la propriété intellectuelle vous protège automatiquement. Personne n’a le droit d’utiliser une création sans autorisation explicite de son auteur.
Une ligne de copyright gravée dans une image n’empêchera pas de toute façon une personne peu scrupuleuse d’utiliser votre image, effaçant éventuellement votre signature par la même occasion…
Dans ce cas, autant graver un filigrane sur une partie importante de la photo ou l’effacer partiellement par une grille de barres obliques, par exemple.

Comment indiquer son copyright ?

Lorsque vous transmettez votre œuvre, joignez simplement une note avec toutes les indications utiles :

  • titre de l’œuvre
  • nom de l’auteur
  • année de création
  • éventuel propriétaire des droits
  • légende
  • indications techniques

Faites confiance au maquettiste pour soigner votre travail comme il le mérite et n’hésitez pas à engager le dialogue.